Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 11:52

QUELQUES POINTS DE L’ANALYSE DE LA FCPE NATIONALE A MEDITER :

 

« Le gouvernement annonce une augmentation de 1,6% du budget de l’Education nationale qui serait de nature à rassurer les parents et les enseignants puisque l’inflation serait en deçà. Le budget de l’Education nationale atteint 60 milliards d’euros pour le PLF 2010.

 

Pourtant, cette augmentation est inférieure à la dépense supplémentaire nécessaire pour financer les pensions de retraite (plus d’un milliard d’euros) et ceci depuis 3 ans. En réalité, le budget consacré aux élèves ainsi qu’aux personnels baissera donc une nouvelle fois cette année et ce seront donc bien 16 000 adultes en moins qu’il manquera aux élèves de France en 2010.

 

La FCPE n’a de cesse de dénoncer la suppression massive de postes dans l’Education nationale. De plus en plus, on supprime les postes là où on pense que cela se voit le moins.

A titre d’exemple, le budget accordé pour assurer les remplacements dans le 1er degré de l’enseignement public chute de 17 millions d’euros, dans le 2nd degré public, il chute de 123 millions d’euros par rapport à 2009 quand dans le même temps, le même budget est en augmentation 3, 65 millions d’euros … dans l’enseignement privé. En la matière, le gouvernement a fait ses choix plus que contestables….

 

La partie qui est la moins « médiatisée » du budget de la mission enseignement scolaire est bien une partie qui, dans la masse globale, reste malheureusement marginale :

les crédits pédagogiques et les aides sociales à destination des élèves.

Pour le budget 2010, comme ce fut le cas en 2009, ceux-ci sont en constante diminution.

 

Le budget « vie scolaire » a connu une augmentation de 6 millions d’euros par rapport à l’année précédente. Cette somme reflète le peu de cas que fait le gouvernement de l’association des élèves à la vie scolaire alors que le président de la République annonce un accroissement de l’engagement lycéen et que le ministère souhaite associer davantage les parents d’élèves à l’Ecole. Nous voyons mal comment ces mesures pourraient être mises en adéquation avec une augmentation aussi faible de cette ligne budgétaire.

 

Concernant la santé scolaire, en période de risque de pandémie de grippe A/H1N1,

le budget fait apparaître une baisse de 15 millions d’euros pour l’action « santé ».

Il s’agit là, clairement, d’un renoncement aux principes qui font de l’Ecole un des lieux primordiaux où se fait la prévention, notamment la prévention des risques chez les adolescents…

 

Alors que le gouvernement n’a pas reconduit les contrats d’AVSI dans l’établissement, il fait apparaître une augmentation de 7 millions pour l’action « accompagnement des élèves handicapés » comme si cette masse budgétaire suffisait à combler le vide que le gouvernement a laissé en la matière.

RAPPEL, dans le Nord, on attend toujours que  plus de 300 postes d’AVSI promis pour la rentrée des vacances de Toussaint soient effectifs. 

 

Sur l’action sociale, c’est une diminution de 6 millions d’euros qui apparait. Là encore, en période de crise économique, le gouvernement ne donne plus la possibilité aux familles les plus en difficulté d’accompagner financièrement, et dans l’urgence, la scolarité des élèves les plus socialement fragiles.

 

alors que nous avons eu une réforme de l’enseignement primaire, et une réforme du lycée attendue pour 2010, il est anormal que les crédits alloués aux matériels pédagogiques (manuels scolaires) baissent.

Ils sont en chute libre avec 13 % de moins pour les écoles. Au collège, ils passent de 25 € par élève l'an dernier à 21,3 €, au LEGT de 17 € à 15,7 € et au LP de 34 à 28,7 €. Or ce sont ces fonds qui permettent d'acheter des manuels scolaires au collège ou d'alimenter les fonds sociaux au collège et au lycée.

Sur cette question, la vigilance des parents élus dans les CA est de mise  et les CDPE peuvent faire remonter à la fédération les montants accordés dans les établissements pour l’achat de manuels scolaires.

Nous ne pouvons accepter un tel état de fait : la FCPE demande une révision à la hausse les dépenses liées aux bourses et aux crédits pédagogiques.

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires