Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 09:57
Texte du groupe :
"De l'ambition pour la réforme du lycée" (*)








Avalanche de suppressions de postes, précipitation, concertation défaillante, débat tronqué… Menée de façon désastreuse par le gouvernement, la réforme forcée du lycée a tourné court sous le coup des mobilisations et c’est tant mieux. Va-t-on pouvoir désormais parler sérieusement du fond ?
C’est parce que nous le souhaitons que nous avons décidé de nous regrouper. Organisations d’enseignants, d’étudiants ou de parents d’élèves, associations pédagogiques ou éducatives, Association des Régions de France (commission Éducation), nous sommes divers. Cela nous oblige à dépasser les intérêts corporatifs ou particuliers. Cela nous donne aussi une plus grande liberté et nous permet d’aborder sans tabou les sujets incontournables et pourtant trop souvent esquivés comme le baccalauréat, le métier d’enseignant, le tronc commun (et la place des disciplines), la démocratie au lycée.

Alors, réformer le lycée ? Chiche ! C’est dans cet esprit que nous soumettons au débat nos propositions, nourries d’une même conviction : le lycée français doit et peut faire mieux réussir les élèves. Ses voies et séries sont trop hiérarchisées. Les inégalités sociales y sont trop souvent reproduites, les jeunes insuffisamment préparés à l’autonomie. La continuité avec les études supérieures est insuffisante. Bref, s’il permet évidemment des réussites, il ne parvient ni à réduire un nombre d’échecs encore trop grand ni à préparer efficacement les jeunes à la poursuite d’études.

Sortir du tout ou rien Les lycéens sont divers et n’apprennent pas tous au même rythme ? Certains vivent des ruptures familiales ou scolaires ? Réfléchissons à une nouvelle organisation de la scolarité pour permettre, et des parcours souples, et des réponses mieux accompagnées. Plutôt qu’une organisation figée "un enseignant, une classe, une discipline, une heure de cours", nous proposons des enseignements modulaires. Cela concilierait des apprentissages communs à tous avec des découvertes de champs inconnus (notamment en seconde où, à 15 ou 16 ans, on n’est que rarement fixé sur son orientation future), et avec des approfondissements (singulièrement en première et en terminale, où les choix sont plus précis).

Les lycéens ont besoin d’être mieux préparés à l’autonomie ? Le lycée doit les y aider, résolument. Dans cette nouvelle architecture, les lycéens seront davantage acteurs de leurs parcours, avec une aide accrue des enseignants et du temps pour élaborer leurs choix.

Les lycéens doivent pouvoir sortir du tout ou rien ? Aujourd’hui, un échec, même partiel, oblige à tout recommencer, son année scolaire comme son bac. Avec le système modulaire, ce qui est acquis est conservé, seuls les modules non acquis sont repassés. Cela implique que certaines modalités du bac évoluent, tout en lui conservant sa place de diplôme national.

Nos propositions sont développées sur le site que nous leur avons dédié : ambition-lycees.net. Notre réflexion n’est évidemment pas achevée et chacun peut s’y associer. Nous ne sommes dupes de rien, notamment pas du problème des moyens budgétaires et des moyens d’accompagnement des acteurs sans lesquels aucune réforme ne peut réussir. Rien n’aboutira non plus sans prendre le temps d’une concertation approfondie. Rien ne changera enfin sans information et formation des intéressés eux-mêmes, et notamment des personnels. C’est beaucoup demander ? Pas lorsque l’avenir de la jeunesse est en jeu.

(*) Ont signé ce texte :
ARF (Commission Éducation présidée par Jacques Auxiette), Ceméa, Confédération Etudiante, Crap-
Cahiers Pédagogiques, EEDF, Éducation & Devenir, FCPE, Fédération des Etablissements Scolaires
Publics Innovants, Fédération des Aroeven, Francas, Icem-Pédagogie Freinet, JPA, Ligue de
l’enseignement, OCCE, PEP, SE-Unsa, Sgen-CFDT.
Partager cet article
Repost0

commentaires