Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 février 2009 4 19 /02 /février /2009 15:07

 

C'est aujourd'hui, 20 février 2009, que se décident au CTPD, comité technique paritaire départemental, les ouvertures et fermetures de classe.
Un peu partout dans la région les parents FCPE et les syndicats d'enseignants se mobilisent contre les suppressions de postes prévues pour la rentrée.
A lire dans la presse :

- école Léon Blum à Tatinghem : fermeture prévue d'une classe de maternelle.
A l'initiative de la FCPE, les parents lancent une pétition. (Voix du Nord du 19/02/09)

- les écoles Chaplin et Gérard-Philipe, Kakernesches, Brassens et La Fontaine, Courtois et Van-Gogh à Coudekerque-Branche  : Patrick PATTE, Administrateur FCPE du secteur, a mobilisé les parents. (Voix du Nord du 18/02/09)

- Cité scolaire Paul Duez à Cambrai : près de deux cents élèves, enseignants et parents d'élèves ont manifesté. (Voix du Nord du 17/02/09)

- Lycée Queneau, collège Léon Blum de Villeneuve d'Ascq  : les parents et les enseignants maintiennent la pression. (Voix du Nord du 19/02/09)

- école Boufflers à Lille  :  Les parents d'élèves ont été reçus mardi par l'Inspecteur d'Académie. (Nord Eclair du 17/02/09)

N'hésitez pas à nous informer de vos actions !
Partager cet article
Repost0
16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 09:48

Si vous manquez d'idées pour vous mobiliser, en voici quelques unes :

- organiser des réunions d'information pour les parents
- organiser une nuit des écoles
- faire signer des pétitions
- afficher des banderoles sur l'école ou l'établissement pour indiquer vos revendications
- organiser des rassemblements avec porte voix, gilets jaunes, descente aux flambeaux, concert de casseroles
- fabriquer des silhouettes de carton grandeur nature représentant les postes supprimés dans l'établissement et placez-les devant l'entrée
- vous attacher symboliquement aux grilles
- organiser une vente aux enchères fictive au profit de l'éducation nationale
- si vous souhaitez occuper l'école ou l'établissement prévenez le directeur/trice ou le chef d'établissement, prévenez la mairie s'il s'agit d'une école primaire, le conseil général pour un collège ou le conseil régional pour un lycée. Nous vous conseillons de rester dans le cadre de la légalité et d'éviter tout blocage de l'établissement qui provoquerait un conflit avec des parents.

Faites du bruit, au propre comme au figuré !
Faites-vous entendre et n'oubliez pas d'inviter la presse !


Partager cet article
Repost0
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 10:02

MOBILISEZ-VOUS POUR LA CARTE SCOLAIRE



Comme dans tous les départements, nous prenons connaissance des mesures de carte scolaire et nous pouvons constater que, conséquence annoncée des restrictions budgétaires, les suppressions de postes sont bien au rendez vous.

 

Dans le premier degré, des écoles sont touchées par les fermetures de classes, les suppressions de postes en RASED, les transferts de postes au prétexte de regroupements d’écoles rurales et la diminution de la scolarisation en maternelle.

 

Dans le second degré, en ce moment les conseils d'administration doivent se prononcer sur la Dotation Globale Horaire (DGH) des établissements, et sur le ‘Tableau de Répartition des Moyens par Discipline’  (TRMD) qui traduit l’enveloppe de DGH en suppressions ou créations de postes.

Dans la presse on peut déjà lire les dégâts que cela va entraîner dans certains établissements, exemple le lycée Queneau de Villeneuve d'Ascq, là où 11 postes sont supprimés à la rentrée prochaine. A lire dans la Voix du Nord (les 8/02 et 10/02/08) :

Le lycée Queneau s'interroge sur son avenir 
La pilule a du mal à passer : onze suppressions de postes d'enseignants pour une dotation hebdomadaire d'heures de cours amputée de 10  %. Le document de travail du rectorat, fruit d'une réflexion entamée dès le mois d'octobre, a déclenché la colère au lycée Queneau. 

La colère de Queneau au Rectorat
Une délégation, composée de représentants des deux associations de parents, des syndicats d'enseignants, des assistants d'éducation des AVSI et des élèves se sont rendus au Rectorat pour faire entendre leur voix.
 

A l'instar de la FCPE de Queneau, faites-nous part de toutes les informations relatives à la carte scolaire, de vos actions et de votre mobilisation.




Partager cet article
Repost0
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 12:08

La FCPE s’interroge sur les évaluations  de CM2


S'il s'agit  d'évaluer les objectifs attendus en fin de cycle dans le cadre du socle commun afin de lutter contre l'échec scolaire et de mettre en place dès la fin du mois de janvier des mesures de remédiation pour aider les élèves à effectuer  leur entrée en sixième  dans de bonnes conditions, alors la FCPE considère que ces évaluations peuvent être pertinentes.


En revanche, si ces évaluations  sont  une manière de sélectionner les élèves avant l'entrée en sixième, la FCPE ne peut en aucun cas accepter un tel détournement de procédure.


Elle rappelle le principe du collège unique qui prévaut aujourd'hui au sein de l'Education nationale et  les études  concordantes qui dénoncent l'inutilité et la nocivité  du redoublement. 

 

Les parents d’élèves soulignent qu’en janvier les enfants ne peuvent maîtriser l’ensemble des compétences attendues en fin de CM2, puisqu’ils n’ont pas travaillé une année scolaire complète sur les nouveaux programmes.

De plus, si ce sont les résultats à ces évaluations qui seront transmises au chef d’établissement du collège ou sera inscrit l’enfant en sixième, cela signifie que les dés sont jetés dès le mois de janvier et que l’année scolaire et donc terminée. Qu’en est-il de la possibilité d’évolution de l’enfant entre le mois de janvier et le mois de juin ?


Dans un cas comme dans l'autre, l'agrégation des résultats de ces évaluations à l’échelon national ne se justifie nullement, à moins que le ministère n'ait des intentions cachées quant à leur utilisation.


La FCPE rappelle qu’elle s’oppose à toute publication de résultats d’évaluations école par école ce qui provoquerait une mise en concurrence inutile et préjudiciable. Elle estime  par contre nécessaire que les parents rencontrent les enseignants afin de faire le bilan des évaluations pertinentes de leur enfant.


Devant toutes ces incertitudes et en attente d'informations complémentaires, la FCPE demande le report de ces évaluations.


 



 


Voici un modèle de lettre que vous pouvez envoyer aux "autorités compétentes" si vous voulez le report de ces évaluations. Si vous obtenez une réponse, n'hésitez pas à nous le faire savoir.


Parent : ………………………………

Enfant : ………………………………

Classe : …………

 

A , le

 

 



Objet : Opposition au traitement des évaluations CM2

 

 

Madame, Monsieur, Directeur(trice),

Madame, Monsieur ……………………….. , Instituteur(trice), professeur(e) des Ecoles

 

 

En ma qualité de représentant légal de l'enfant …………………………… actuellement inscrit dans votre établissement en classe de CM2 et en application des dispositions de l'article 38 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, je vous informe m'opposer à ce que les données personnelles nominatives relatives à mon enfant et résultant des évaluations pratiquées fassent l'objet d'un traitement automatique notamment par saisie informatique desdites évaluations.

 

Cette opposition vise toute personne devant effectuer la saisie des évaluations, ainsi que tout responsable de la mise en œuvre de ce traitement et tout destinataire de celui-ci.

 

D'une part, il n'existe pas à ma connaissance de dispositions légales particulières permettant ce traitement dans le cadre des évaluations 2009 en CM2, ni de dispositions expresses permettant d'écarter l'application de l'article 38 précité pour ce cas.

 

D'autre part, il apparaît que les données recueillies sont traitées et conservées de manière nominative au niveau de l'établissement et que leur procédure d'anonymisation pour leur transmission et leur utilisation en dehors de l'établissement laisse planer les plus grands doutes.

 

Notamment, cette procédure d'anonymisation ne semble offrir aucune garantie dans la mesure où l'attribution d'un numéro par évaluation permet de retrouver l'élève concerné – À cet égard, vous voudrez bien me justifier de ce que la procédure d'anonymisation utilisée a préalablement été reconnue conforme à la loi par la CNIL.

 

Par ailleurs, au mépris des dispositions de l'article 32 de la même loi, je n'ai pas été personnellement rendu destinataire des informations permettant ma connaissance de la mise en œuvre de ce traitement, de sa finalité, de son utilisation et des droits d'accès et de modification que je détiens sur les données en cause.

 

À cet égard, vous voudrez bien me justifier de la déclaration préalable du fichier créé par le regroupement de ces données et de son autorisation par la CNIL.

 

Je vous rappelle que la loi n° 78-17 prévoit des sanctions pénales pour les infractions commises à ses dispositions, outre toutes sanctions civiles de droit.

 

Je vous prie d'agréer l'expression de ma considération distinguée.

 

 

Signature



 

Partager cet article
Repost0
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 11:00
Partager cet article
Repost0
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 10:49

Alors que nos métiers respectifs, qu’il s’agisse de la santé, du soin, du travail social, de l’éducation, de la recherche, de la justice, de l’information et de la culture, subissent une attaque sans précédent de la part du gouvernement - alors que des appels de réaction et de protestations sont lancés par dizaines dans le pays - le temps est venu, nous semble-t-il, de coordonner ces différents mouvements et d’en tirer tout le sens politique.

Lire la suite ici http://www.sauvonslarecherche.fr/spip.php?article2326
Partager cet article
Repost0
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 10:08
L'actualité du Service de Veille scientifique et technologique


L'évaluation au coeur des apprentissages
par Laure Endrizzi et Olivier Rey

Le traitement scolaire des connaissances apparaît généralement inséparable des procédures de contrôle de ces connaissances ; les examens et les différentes formes d'évaluation tiennent donc une place centrale dans les dispositifs éducatifs, que ce soit pour attester d'une formation (évaluation certificative), vérifier si des savoirs et compétences sont acquis (évaluation sommative), apprécier le niveau atteint et les potentialités à poursuivre dans telle ou telle voie (évaluation pronostique), jauger du niveau atteint par une classe d'âge ou une population scolaire (évaluation diagnostique), etc.
lire la suite ici http://www.inrp.fr/vst/LettreVST/39_novembre2008.htm



Individualisation et différenciation des apprentissages
par Annie Feyfant

L'individualisation, qui fait écho au principe du collège unique, à l'enseignement de masse, à « l'égalité des chances », peut prendre de multiples formes et avoir des effets bénéfiques ou à l'inverse stigmatiser et creuser les différences et les inégalités. Tutorat, aide personnalisée, groupes de niveaux, remédiation, projets personnalisés, parcours différenciés ou diversifiés, autant de vocables qui représentent autant de points de vue, autant de pratiques et de choix de politiques éducatives.
lire la suite ici http://www.inrp.fr/vst/LettreVST/40_decembre2008.htm

 

Partager cet article
Repost0
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 09:57
Texte du groupe :
"De l'ambition pour la réforme du lycée" (*)








Avalanche de suppressions de postes, précipitation, concertation défaillante, débat tronqué… Menée de façon désastreuse par le gouvernement, la réforme forcée du lycée a tourné court sous le coup des mobilisations et c’est tant mieux. Va-t-on pouvoir désormais parler sérieusement du fond ?
C’est parce que nous le souhaitons que nous avons décidé de nous regrouper. Organisations d’enseignants, d’étudiants ou de parents d’élèves, associations pédagogiques ou éducatives, Association des Régions de France (commission Éducation), nous sommes divers. Cela nous oblige à dépasser les intérêts corporatifs ou particuliers. Cela nous donne aussi une plus grande liberté et nous permet d’aborder sans tabou les sujets incontournables et pourtant trop souvent esquivés comme le baccalauréat, le métier d’enseignant, le tronc commun (et la place des disciplines), la démocratie au lycée.

Alors, réformer le lycée ? Chiche ! C’est dans cet esprit que nous soumettons au débat nos propositions, nourries d’une même conviction : le lycée français doit et peut faire mieux réussir les élèves. Ses voies et séries sont trop hiérarchisées. Les inégalités sociales y sont trop souvent reproduites, les jeunes insuffisamment préparés à l’autonomie. La continuité avec les études supérieures est insuffisante. Bref, s’il permet évidemment des réussites, il ne parvient ni à réduire un nombre d’échecs encore trop grand ni à préparer efficacement les jeunes à la poursuite d’études.

Sortir du tout ou rien Les lycéens sont divers et n’apprennent pas tous au même rythme ? Certains vivent des ruptures familiales ou scolaires ? Réfléchissons à une nouvelle organisation de la scolarité pour permettre, et des parcours souples, et des réponses mieux accompagnées. Plutôt qu’une organisation figée "un enseignant, une classe, une discipline, une heure de cours", nous proposons des enseignements modulaires. Cela concilierait des apprentissages communs à tous avec des découvertes de champs inconnus (notamment en seconde où, à 15 ou 16 ans, on n’est que rarement fixé sur son orientation future), et avec des approfondissements (singulièrement en première et en terminale, où les choix sont plus précis).

Les lycéens ont besoin d’être mieux préparés à l’autonomie ? Le lycée doit les y aider, résolument. Dans cette nouvelle architecture, les lycéens seront davantage acteurs de leurs parcours, avec une aide accrue des enseignants et du temps pour élaborer leurs choix.

Les lycéens doivent pouvoir sortir du tout ou rien ? Aujourd’hui, un échec, même partiel, oblige à tout recommencer, son année scolaire comme son bac. Avec le système modulaire, ce qui est acquis est conservé, seuls les modules non acquis sont repassés. Cela implique que certaines modalités du bac évoluent, tout en lui conservant sa place de diplôme national.

Nos propositions sont développées sur le site que nous leur avons dédié : ambition-lycees.net. Notre réflexion n’est évidemment pas achevée et chacun peut s’y associer. Nous ne sommes dupes de rien, notamment pas du problème des moyens budgétaires et des moyens d’accompagnement des acteurs sans lesquels aucune réforme ne peut réussir. Rien n’aboutira non plus sans prendre le temps d’une concertation approfondie. Rien ne changera enfin sans information et formation des intéressés eux-mêmes, et notamment des personnels. C’est beaucoup demander ? Pas lorsque l’avenir de la jeunesse est en jeu.

(*) Ont signé ce texte :
ARF (Commission Éducation présidée par Jacques Auxiette), Ceméa, Confédération Etudiante, Crap-
Cahiers Pédagogiques, EEDF, Éducation & Devenir, FCPE, Fédération des Etablissements Scolaires
Publics Innovants, Fédération des Aroeven, Francas, Icem-Pédagogie Freinet, JPA, Ligue de
l’enseignement, OCCE, PEP, SE-Unsa, Sgen-CFDT.
Partager cet article
Repost0
2 février 2009 1 02 /02 /février /2009 10:42

 

 

 

 

Les représentants de la FCPE et du SI.EN-UNSA Education font le constat de positionnements largement convergents sur les évolutions souhaitables du système éducatif.

 

Ils déplorent que les parents d’élèves soient insuffisamment associés à la coéducation pourtant recommandée dans le cadre des instructions officielles. Elle assurerait en effet une continuité essentielle pour que les jeunes ressentent une plus grande cohérence de leur environnement éducatif. Cette articulation entre enseignants et parents imposerait des échanges réguliers et confiants que la politique ministérielle devrait faciliter, de même qu’elle devrait encourager la représentation des parents dans les différentes instances du système éducatif.

 

Les différents temps de vie de l’enfant doivent être mieux pris en compte et mieux aménagés pour s’adapter à ses besoins. Les contraintes liées aux contextes sociaux s’accommodent mal des règles rigides qui prévalent aujourd’hui. La FCPE et le SI.EN considèrent que cette question ne doit pas être abordée sous le seul angle de la semaine scolaire mais doit prendre en compte l’organisation de la journée dans sa globalité.

 

Quel que soit le regard porté sur le dispositif de l’aide personnalisée mis en place depuis la rentrée scolaire, il devrait mieux respecter les rythmes chronobiologiques des enfants. Pour le SI.EN et la FCPE il ne saurait en aucune manière se substituer aux aides spécifiques apportés par les enseignants spécialisés. Nos organisations exhortent donc le ministre à réaffirmer le rôle irremplaçable des RASED et à abandonner toute mesure de carte scolaire concernant ces postes. Elles réclament que soient analysés de manière rigoureuse les modes de fonctionnement de ces équipes spécialisées et que soient précisées leurs responsabilités, qui doivent continuer à être exercées sous le contrôle de l’IEN. Elles revendiquent la mise en place d’un groupe de travail sur la prise en charge de la difficulté scolaire et souhaitent y être associées.

 

La FCPE et le SI.EN affirment aussi que l’orientation des élèves doit constituer une préoccupation majeure du système éducatif et que sa réussite nécessite à la fois l’implication active de tous les enseignants et acteurs concernés par l’éducation des jeunes, la mobilisation de compétences spécifiques et de ressources au sein des CIO et le renforcement de l’écoute des familles et, progressivement au fil de la scolarité, du jeune lui-même.

 

Plus globalement les deux organisations souhaitent œuvrer pour une réelle valorisation des différentes voies de réussite des jeunes qui devraient être aussi diverses que le sont les individus. Elles considèrent à cet égard que le socle commun des compétences et des connaissances constitue une avancée significative insuffisamment exploitée aujourd’hui.

 

S’inscrivant dans une démarche fondamentalement positive, la FCPE et le SI.EN souhaitent rencontrer conjointement le ministre de l’Education nationale afin de lui présenter leurs attentes, mais aussi l’état de leur réflexion sur les moyens susceptibles de contribuer à la réussite de tous les jeunes qui auront à bâtir la société de demain en dépassant les multiples inquiétudes d’aujourd’hui.

 

La FCPE et le SI.EN envisagent de poursuivre leurs échanges dans le cadre de nouvelles rencontres qui porteront en particulier sur la place et les objectifs de l’évaluation, les relations entre les projets pédagogiques et la carte scolaire, la promotion de la coopération dans les établissements scolaires et plus globalement tout thème relatif à l’éducation. Des débats locaux entre les adhérents des deux organisations renforceront la réflexion commune.

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 14:27


L'école Boufflers de Lille est frappée par une mesure de fermeture de classe à la rentrée de septembre 2009.

Parents vous avez besoin de l'école,
l'école a besoin de vous !!!
MOBILISONS-NOUS !

Parents, venez nous rencontrer le lundi 2 février afin de mener ensemble des actions contre cette fermeture. Une action école morte est prévue :



ACTION ECOLE MORTE

le jeudi 5 février 2009

dans les écoles P'tits Pouchins - Wicar - Daudet et Boufflers de Lille

Parents, unissons-nous contre toutes les fermetures,
nos enfants sont concernés !




Message des parents des conseils locaux FCPE des écoles P'tits Pouchins, Wicart, Daudet et Boufflers
Renseignements
fcpeboufflers@hotmail.fr
Partager cet article
Repost0