Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 13:54


PARENTS MOBILISEZ-VOUS
Les parents FCPE veulent une école pour tous !

MANIFESTONS à LILLE
le samedi 17 JANVIER
Rendez-vous à 14h30 Porte de Paris

VENEZ NOMBREUX


Les premières annonces pour la prochaine rentrée scolaire confirment encore le déclin des moyens pour l'académie de Lille. 376 postes supprimés dans le second degré, une première annonce de 226 postes en moins dans le premier degré, notamment par récupération des moyens RASED. Le ministre Darcos tente de calmer les défenseurs de l'éducation nationale en reculant un peu sur la suppression  des Rased… pour mieux les écraser l'an prochain ?

 

À la rentrée prochaine dans notre académie les élèves seront plus nombreux dans les classes, la scolarisation en maternelle dès deux ans sera encore plus difficile, enfin l’aide spécifique et la remédiation apportées aux élèves en échec scolaire par des enseignants spécialisés sera en voie d'extinction.

Dans le second degré, la suppression démagogique de la carte scolaire accentuera encore les inégalités entre collèges. Au lycée, l'avenir n'est guère prometteur, suppression d'options, manque d'encadrement, la réforme n'est qu'ajournée…

Que dire de la création de deux postes d'infirmières pour nos deux départements ?

 

Nous parents d’élèves FCPE demandons :

 

  • l’abandon des suppressions d’emplois dans notre académie,
  • le maintien des Réseaux d’Aides Spécialisées aux élèves en Difficulté,
  • le renforcement de la scolarité des enfants dès deux ans en maternelle,
  • des moyens d'encadrement et de « vie scolaire » suffisants dans tous les collèges et lycées,
  • des moyens de remplacements qui garantissent la continuité du service public d'éducation.  

Pour défendre le service public d’éducation que le gouvernement veut affaiblir par des budgets de régression, soyons nombreux sous la bannière FCPE à Lille le 17 janvier.

Tract à télécharger pour diffusion ici
www.fcpe59.com/actualite/090117manif.pdf

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 14:55

la FCPE est et reste la première fédération des parents d'élèves de France !



La FCPE ne peut qu'être satisfaite des résultats des élections scolaires qui la placent largement en tête.

 

Malgré le refus du ministère d’organiser une campagne d’incitation civique, les parents ont tout de même participé et ont voté massivement pour la FCPE.

 

Seule à être présente dans tous les départements dans le premier et le second degré, la FCPE représente plus de 55% des parents dans le secondaire et environ 20% dans le primaire.

 

La participation est comparable à celle de l'an dernier : environ 45% des parents en primaire et un quart en secondaire. Ceci était pourtant incertain en particulier dans les écoles élémentaires fermées pour la première fois le samedi matin jour traditionnel du scrutin.

 

La FCPE voit dans la rétention d’information par le ministère depuis le 22 novembre, fin de la centralisation des résultats par les inspecteurs d’académie, un mépris pour les représentants des parents. Deux mois après les élections, la FCPE n’a toujours pas été invitée à participer à une commission électorale pour valider ou contester les résultats.

Les résultats des élections de parents d’élèves gênent le ministère !

 

La FCPE invite le ministère à reconnaître la représentativité de la FCPE et à reconsidérer sa décision de diviser par 2 la subvention qui lui est allouée ainsi que celle de supprimer les postes d’agents mis à disposition.

Elle rappelle que la fonction de ces personnels est de répondre aux questions quotidiennes des parents permettant ainsi de privilégier la médiation plutôt que la judiciarisation.

Le ministre doit revenir sur son refus de consulter la FCPE dans les réformes qu'il entreprend.

 

Janvier sera le mois des annonces : suppressions de postes aussi bien dans les écoles maternelles et élémentaires que dans les RASED et suppressions d’heures dans les collèges et les lycées.

La FCPE invite les parents à rejoindre ses conseils locaux dans toute la France pour défendre l'Ecole laïque, publique et les conditions d'études des élèves.


Paris, le 19 décembre 2008 

 

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 09:33


Nous venons d’apprendre que les parents de 3ème rendent ces jours-ci la fiche d'inscription au brevet, après avoir validé les données pré remplies, nom et adresse du candidat, etc. Nous avons été alertés par certains CDPE  sur le fait que cette fiche comporte de nouveau cette année une mention elle aussi pré remplie « Autorisation de communication de données personnelles sur le résultat de l'examen à des organismes privés: OUI ».
On ne trouve qu’en bas de page l’information selon laquelle il est possible de corriger les renseignements erronés, dont celui-ci.
Ainsi, les résultats du brevet sont communiqués à des sociétés commerciales privées qui mettent les résultats à disposition du public sur des sites Internet payants ou par le biais d’envoi de SMS eux aussi payants… Ils ne sont normalement pas autorisés à les publier avant les sites des rectorats, mais nous avons pu vérifier par le passé que certains rectorats avaient du mal  à les publier en même temps...
 
Le processus est le même pour les résultats aux autres examens, ceux du baccalauréat en particulier.
 
La FCPE a protesté depuis plusieurs années contre ces pratiques et encore tout dernièrement en juillet dernier avec le CNAFAL (2).
 
Si les fiches distribuées dans les établissements de votre département sont présentées ainsi, nous vous recommandons d’informer les parents d’élèves de troisième des conséquences de cette mention pré remplie et de barrer le « OUI » pour le remplacer par un NON ou, s’ils l’ont déjà rendue, de leur proposer d’écrire au rectorat pour signifier leur refus de la transmission de ces données.




Paris le 12/12/08



(1) Conseil Départemental de Parents d'Elèves
(2) Conseil National des Associations Familiales Laïques


Communiqué de presse du 3 juillet 2008

 

Les résultats du bac : FCPE et Cnafal

prêts à aller devant la justice

 

La FCPE et le Cnafal exigent l’affichage immédiat des délibérations des jurys du bac.

Des élèves et leurs parents de plusieurs départements les ont alertés sur la publication des résultats du bac qui serait retardée de la décision prise par les jurys pour permettre une publication simultanée  de tous les résultats par des sociétés privées.

La CADA (commission d’accès aux documents administratifs) dans sa séance du 7 février 2008 avait été formelle : les élèves ne sauraient attendre quelque délai que ce soit la publication des résultats dès leur proclamation par le jury.

La FCPE et le Cnafal ont décidé, et avaient prévenu le ministère en ce sens l’an dernier, qu’ils assureront la défense des élèves pour le respect de leurs droits, s’il le faut devant la justice.

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 09:29

Quand Xavier Darcos se décidera-t-il à écouter les citoyens ?





La tension et le ton montent dans les lycées et dans la rue.
La FCPE appelle à la responsabilisation du ministre qui doit à tout prix ouvrir le dialogue et la concertation qui, quoiqu’il en dise, n’ont jamais eu lieu.
La FCPE demande une véritable réforme des lycées et ce, pour la rentrée scolaire 2010.
 
La FCPE se félicite de la mobilisation des parents, des lycéens et des enseignants lors de la journée d’action du 10 décembre.
De nombreuses initiatives ont eu lieu : rassemblement, manifestations, nuit des écoles, sapins de Noël et lettres au Père Noël, vente aux enchères de l’Education nationale.
 
La colère des citoyens est due à l’irresponsabilité du ministre de l’Education nationale qui fait preuve de mépris et de cynisme à l’égard de tous les membres de la communauté éducative.
Lors du CSE, le ministère annonce, en effet, que le flou qui entoure la réforme des lycées est dû au temps passé en concertation qui ralentirait les décisions ministérielles :
De qui se moque-t-on ?
Est-il normal que les lycéens et les collégiens de troisième ne sachent encore rien sur les conditions de leur rentrée scolaire 2009 qui aura lieu dans neuf mois ?
 
La FCPE appelle les parents d’élèves à continuer la mobilisation avec les lycéens, afin d’obtenir le report de la réforme des lycées.
La FCPE appelle à la vigilance et à se rapprocher des jeunes pour assurer la sécurité des manifestations qu’ils organisent : nuit des lycées, rassemblements. 
La FCPE rappelle aux lycéens la nécessité de tenir des assemblées générales dans les établissements afin d’informer leurs camarades sur les raisons de leur mobilisation.
La FCPE tient à préciser aux chefs d’établissements que les parents d’élèves ne peuvent accepter que les élèves internes ne soient pas autorisés à rentrer dans leur internat en fin de journée après avoir manifesté.




Paris, le 12/12/08
Partager cet article
Repost0
14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 09:27


Oui, le lycée a besoin d'une réforme ! C'est même toute l'Ecole qui a besoin d'une réforme ! Nous avons donc l'obligation de penser la réforme du lycée dans une vision globale incluant la réforme de l'Ecole primaire (qui reste à faire après le passage de Xavier Darcos…) et celle du collège, qui n’est pourtant absolument pas envisagée pour le moment.

Le paradoxe est qu’alors qu’il existe aujourd’hui un « cycle d’orientation » virtuel, regroupant les classes de troisième et de seconde, le ministre prétend réformer uniquement le lycée, laissant complètement de côté la troisième. La réforme du lycée ne concerne pas les élèves qui vont en seconde professionnelle sans passer par la case détermination. Ce n’est pas ainsi que l’on remédiera au fort taux d’orientation dès la fin de la troisième et au tri social des élèves…

L’enseignement en lycée doit s’articuler autour de 2 piliers : l’émancipation du citoyen et l’acquisition de méthodes de travail (gestion de son temps, résolution de problèmes, capacité de travail). Parce qu’à l’avenir, un individu va de moins en moins exercer le métier pour lequel il a été formé, il faut privilégier les « compétences » transversales. Et pour cela, développer l’interdisciplinarité, notamment en étendant les TPE aux classes de seconde et de terminale, même si l’interdisciplinarité ne se résume pas aux TPE mais doit inspirer aussi la construction des programmes.

La seconde doit rester une classe de détermination et le droit à l’erreur des élèves doit être reconnu. Pour cela, les enseignements du lycée doivent être organisés autour d’un tronc commun à tous les élèves, assorti d’approfondissements dans certaines des disciplines de ce tronc commun et d’enseignements de spécialisation. Ces enseignements doivent suivre une organisation modulaire en séquences de plusieurs semaines, aboutissant à une semaine d’évaluation par contrôle en cours de formation (CCF) avec un référentiel national. Les crédits étant conservés, plus besoin de passerelles, plus de filières ou de voies dans lesquelles un élève peut se sentir coincé, chaque élève construit son propre parcours et choisit ses modules en fonction de son projet personnel. Plus non plus de spécialisation trop précoce. L’année scolaire s’organise en plusieurs séquences successives dans une même « discipline », avec possibilité de changer de discipline si l’élève s’aperçoit qu’il s’est trompé dans ses choix. Chacun va ainsi à son rythme, sans avoir à « redoubler » l’ensemble d’une année pour une ou deux disciplines mal maîtrisées.
L’accompagnement est assuré par un adulte référent membre de la communauté éducative pour 8 à 12 élèves. Son rôle consisterait à servir de relais autant que de tuteur pour aider l’élève à construire son itinéraire. Il assurerait également le lien entre les enseignants et les parents et serait le garant de la cohérence du parcours de l’élève. Il pourrait à l’occasion activer les outils nécessaires pour la bonne réussite de l’élève.

Une telle architecture des enseignements, sous forme modulaire et pluridisciplinaire, permettra de se centrer sur l’autonomie progressive que doit acquérir le lycéen. Pour cela, le collège doit avoir préparé très tôt les élèves à devenir autonomes dans l’acquisition des savoirs. Il y a urgence à « apprendre à apprendre » aux élèves et à les conduire vers l'autonomie intellectuelle, pour les aider à faire des choix. Cela suppose de leur donner des outils pour chercher et comprendre l’information et pour mettre cette information en lien avec son environnement. Cela suppose aussi un changement des rapports dans la relation enseignant / enseigné. Il faut que l’élève apprenne à poser des questions et non plus seulement à apporter des réponses et, dans un même temps, que l’enseignant change de positionnement pédagogique, pour passer du rôle de détenteur du savoir, à celui de guide vers le savoir.

L’organisation de la formation sous forme de modules remet le jeune au centre de son parcours de formation. Accompagné d’un référent, le lycéen devient créateur et acteur d’un parcours d’orientation en construction permanente. Avec une telle organisation, il aura la possibilité de faire des choix, de les tester, de se tromper, d’insister, de changer d’avis. Et d’acquérir de l’autonomie, garante d’une poursuite d’études autant que d’une capacité durable d’insertion pour des jeunes plongés dans une société de savoirs de plus en plus accessibles mais aussi plus complexes.
Il faut pour cela que le jeune soit pleinement acteur de sa formation. L’autonomie repose sur deux piliers : l’acquisition des connaissances, qui suppose la maîtrise des concepts disciplinaires et interdisciplinaires, et celle d’outils méthodologiques pour « apprendre à apprendre ».
La construction de l’autonomie implique une pratique pédagogique des enseignants moins centrée sur les enseignements magistraux mais davantage sur une approche individualisée de la relation pédagogique.

Par ailleurs, si la modularisation fait éclater la notion de classe, la question des effectifs d’élèves par modules reste posée. Nous pouvons envisager une adaptation des tailles des effectifs en fonction des activités proposées. Par exemple, on peut envisager que les élèves soient regroupés en nombre pour un cours magistral mais ils doivent être séparés en petits groupes pour des travaux pratiques.

Il n’est en revanche pas question d’accepter que l’allégement du nombre d’heures de cours soit compensé par l’alourdissement du travail à domicile, c’est-à-dire seul : il faut que ce soit compensé par du temps d’accompagnement tout au long de l’année, ce qui ne saurait se résumer à des stages pendant les vacances scolaires ou à du soutien scolaire après les cours.
Il faut notamment des aides spécifiques à l’entrée en seconde, parce que le passage de la troisième à la seconde est difficile, et que beaucoup d’élèves y sont « broyés ».

En ce qui concerne le baccalauréat, faut-il vraiment conserver un examen terminal de type « rite de passage » ? On peut très bien concevoir qu’il faille un certain nombre de « crédits » acquis tout au long des trois années de lycée pour être détenteur du diplôme du baccalauréat, comme cela se fait à l’université. Une telle évaluation ne prendrait plus seulement en compte la capacité du candidat d’ingurgiter une somme de savoirs académiques et à les restituer mais prendrait en compte l’intégralité du travail tout au long de l’année. L’examen final servirait plutôt à mesurer des compétences transversales, des connaissances interdisciplinaires en lien avec la poursuite d’études ou à certifier des qualifications.




Paris, le 12/12/08



Il s'agit de la position de la FCPE sur la réforme du lycée. Il ne s’agit pas encore d’une analyse des annonces du ministre pour la seconde, qui ne seront faites que mardi prochain 16 décembre ou peut-être même jeudi.

 

Vous la retrouverez très prochainement dans un cahier spécial de la lettre « La Famille & l’Ecole » entièrement consacré à cette réforme.

 

Nous vous invitons à participer aux réunions d’information avec enseignants et lycéens organisées sur ce thème.

 

Par ailleurs, nous vous signalons que le ministre organise sur son site un « chat » avec les parents consacré à cette même réforme mardi 16 décembre à 18h00 http://91.121.81.35/chat/mineduc/081216_lycee/ Il est possible de poser des questions dès maintenant. Nous vous invitons à investir ce « chat » massivement dès maintenant et à l’heure dite pour poser vos questions. Tenez-nous au courant de leur parution en ligne et de la réponse qu’elles obtiendront.

 

Nous verrons bien si les questions sont filtrées dans un certain sens…

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2008 4 11 /12 /décembre /2008 14:32


Hier en début d'après-midi, les parents FCPE avaient donné rendez-vous à la presse régionale pour tirer la sonnette d'alarme sur les non remplacements de professeurs dans notre académie.

Vous pouvez lire les articles parus ce jour au moyen des liens suivants :

La Voix du Nord du 11/12/08 page Région voir l'article ou sur le lire sur le site de la Voix du Nord


Nord Eclair du 11/12/08 page Région voir l'article - le site de Nord Eclair



Et l'interview d'Anne Mikolajczak sur les ondes de Radio France ici

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2008 4 11 /12 /décembre /2008 10:46


Après avoir divisé par quatre les aides à la FCPE, le ministère cherche à la faire taire en appliquant la censure sur le terrain.

Un inspecteur d’académie vient en effet d’interdire la diffusion d’une information d’un conseil local FCPE aux parents contre la disparition des RASED.

Après les menaces de sanction contre les enseignants qui contestent les réformes engagées dans l’Education nationale, voilà que l’on s’attaque désormais aux parents !

La FCPE en appelle à tous les acteurs de l’Ecole et aux démocrates pour rejeter avec elle ces pratiques et diffuser l’information à laquelle les parents ont droit.

La politique du ministre est néfaste pour l’Ecole, les pratiques du ministre sont néfastes pour la démocratie.


Communiqué presse FCPE Nationale
10/12/08
Partager cet article
Repost0
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 10:24



Depuis le début de l'année scolaire,  nous constatons un gros problème de remplacement des professeurs de langue dans le second degré au niveau départemental.

Dans plusieurs établissements des professeurs en congés maladie depuis plus de quinze jours ne sont pas encore remplacés et ne le seront peut-être pas du tout, le Rectorat répondant qu'il n'a pas de moyens disponibles.

Les parents et les enfants ne peuvent pas se satisfaire d'une telle réponse. La mission du Rectorat n'est-elle pas de mettre un professeur en face de chaque classe ?

Pour dénoncer cette situation la FCPE donnera une conférence de presse ce mercredi 10 décembre à 14h dans ses locaux.

Si vous rencontrez des problèmes similaires dans vos établissements, dites-le nous au plus vite.
FAITES PASSER LE MESSAGE !

Pour nous faire entendre, agissons ensemble !

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 13:59


 


Parents mobilisez-vous,

rejoignez les actions locales ou régionales

 

Nous savons qu’il ne vous est pas toujours facile d’être disponible le mercredi mais nous vous proposons de vous joindre à la mobilisation régionale.


La fcpe appelle tous les parents
à se faire entendre

ce Mercredi 10 décembre 2008 à partir de 17h

LORS D’UN RASSEMBLEMENT UNITAIRE à LILLE

PLACE DES BUISSES (entre gare Lille Flandres et Euralille)


Téléchargez le tract ici http://www.fcpe59.com/actualite/081210action.pdf

Téléchargez l'affiche ici http://www.fcpe59.com/actualite/081210affiche.pdf

 


L’Education est notre avenir :

Le gouvernement ne veut pas l’entendre ?

Le mercredi 10 décembre, dans toutes les villes de France, enseignants, personnels, parents, étudiants, lycéens, militants associatifs, citoyens amis de l’Ecole publique,

Faisons masse pour le crier !

L’Education, ça ne se fait pas dans la division et l’opposition,

L’Education, ça se fait dans le dialogue,

L’Education, ça se fait avec des moyens suffisants,

L’Education, ça se fait aussi avec les associations,

L’Education, c’est construire en sachant où l’on va pour la réussite des jeunes, où l’on va pour notre société,

Ne rajoutons pas à la crise celle de l’Education : investissons pour elle !

M. Darcos, Mme Pécresse, Mme Bachelot, M. Barnier, M. Sarkozy,

L’Education est notre avenir !

Crions-le ensemble le 10 décembre !

 
    www.uneecole-votreavenir.org

Groupement permanent l'Education est notre avenir

AFL - Cé - CEMEA - CRAP-Cahiers pédagogiques - EEDF - FAEN - FCPE - FEP-CFDT - FERC-CGT - FGPEP - FIDL - FOEVEN - Les FRANCAS - FSU - GFEN - ICEM-pédagogie Freinet - JPA - La Ligue de l’Enseignement OCCE - SGEN-CFDT -  UNEF - UNL - UNSA Education

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 11:22




Communiqué de presse commun



La réforme des lycées est progressivement dévoilée par le ministre de l’Education nationale avec un calendrier précipité qui n’est pas propice à une concertation pourtant indispensable sur un sujet aussi important !


Parce qu’elles pensent que certaines intentions affichées initialement étaient alors ambitieuses ;
Parce qu’elles redoutent qu’un calendrier trop serré ne produise beaucoup de confusion et d’inquiétudes ;
Parce qu’elles dénoncent le contexte général de réduction accrue des moyens humains consacrés par l’Etat à l’éducation,

Vingt organisations ont décidé de réfléchir ensemble à des contre-propositions constructives.

Pour cela un appel "Réforme des lycées : un essai bloqué" a été lancé le 7 novembre par les Crap-Cahiers Pédagogiques, Education & Devenir, la FCPE et la Ligue de l’enseignement.

A ce jour les 20 organisations suivantes ont signé cet appel pour réfléchir ensemble à des propositions alternatives :

Association des Régions de France (Commission Education présidée par Jacques Auxiette), Cemea, Confédération Etudiante, Crap-Cahiers Pédagogiques, Eclaireurs et Eclaireuses de France, Education&Devenir, FCPE, Fédération des Etablissements Scolaires Publics Innovants, Fédération des Œuvres Educatives de Vacances de l’Education nationale, Francas Groupe Français d’Education Nouvelle, Icem-Pédagogie Freinet, Jeunesse au Plein Air, Ligue de l’enseignement, Office Central de Coopération à l’Ecole, Pupilles de l’Enseignement Public, Se-Unsa, Sgen-Cfdt, Unef, Union Nationale Lycéenne.


Elles ont commencé à se mettre au travail et organiseront courant janvier une conférence de presse commune.


Nous en reparlerons.



 Paris, le 27 novembre 2008

Partager cet article
Repost0